La subordonnée comparative conjonctive

Les connecteurs

La subordonnée comparative conjonctive se construit :

  • avec la conjonction "comme",

  • avec des locutions conjonctives : tel que, pareil que, ainsi que, autant que, plutôt que, de même que, au lieu que...

Sémantique de la comparaison

La subordonnée pour porter :

  • sur une gradation : indiquant l'égalité, la supériorité, ou l'infériorité d'une qualité. "il est moins grand que son frère",

  • sur une globalité : on marque l'identité ou la différence de deux êtres ou de deux faits : "il entre à l'école comme dans une prison",

  • sur une proportion : c'est une confrontation double, où chacun des termes sert de référence à l'autre. "Il se calmait à mesure que l'orage s'atténuait",

  • sur une évaluation : on indique une préférence. : "il crie plutôt qu'il ne chante".

Le mode

Le mode de la comparaison est majoritairement l'indicatif.

On trouve cependant le subjonctif dans les comparatives hypothétiques ("il courait comme s'il eût eu le diable à ses trousses"), manière littéraire d'introduire une nuance d'irréel du passé.

La subordonnée comparative est très fréquemment elliptique ; elle se confond alors avec un simple complément circonstanciel de comparaison.

Exemple : "il est fort comme (l'est) un Turc".

ImprimerImprimer